mercredi 25 mars 2009

val sans retour

Voilà la réponse: c'est moi cette fillette à l'école. Je suis à côté d'une jeune fille de 14 ans car c'était une classe unique (CE2, CM1, CM2, préparation au certificat d'études). J'ai un souvenir reconnaissant pour ma maîtresse qui était excellente, tout simplement.
----------------------------------------------------------------------------------

Après ma visite à Plélan et Aux forges de Paimpont je rentre dans la forêt et vais vers Tréhorenteuc, village inscrit au patrimoine car c'est là que se trouve le val sans retour. Voici déjà pour nous mettre dans l'ambiance l'enseigne d'un magasin de souvenirs.Il y a quelques marcheurs, certains font des randonnées très organisées dans la forêt durant une semaine. Je vais réduire ma visite car il est déjà 17h30. Mais je vais tout de même aller "au val" (petit tour) en espérant en revenir.

voici les alentours de l'église du Graal (ancienne de Sainte Onenne) d'abord la croix. L'église je rentre mais l'obscurité m'empêche de prendre des photos valables (elle sera fermée à 18h...nous ne sommes pas en saison touristique!!).


voici la statue de l'abbé Girard. On ne peut aller à Tréhorenteuc sans en parler: nommé dans cette commune en 1942 "en ce pot de chambre du diocése" il décide de commencer par restaurer l'église délabrée. Presque à la fin de la guerre il obtient que l'on mette à son service 2 prisonniers allemands, gardés à Rennes (un peintre et un menuisier).
Ils restent jusqu'en 1947 et le peintre fait des tableaux mélangeant légende et religion.. le recteur finit par paraître trop original à son évèque de Vannes ;il doit quitter Tréhorenteuc en 1962 . Puis on l'autorise à y revenir pendant l'été pour faire visiter son église il décède en 1979 et y est enterré .
Mon père a très bien connu cet abbé hors norme et ne manquait jamais une occasion, lors de ses tournées, d'aller lui rendre visite.
après ce tour rapide dans l'église je décide malgré le soleil qui décline d'aller faire un tour au val sans retour.Je pars , à pied par le chemin le plus rapide.
pas loin je vois ce manoir (non visitable)
je franchis une barrière et je suis arrivée....


au bout du chemin apparaît l'étang du miroir aux fées
on suit un ruisseau le Rauco alimenté par cette cascade . Déjà on distingue l'arbre d'or.



cet arbre d'or est l'oeuvre de François davin. Il est installé là après le grand incendie de 1990 qui a endommagé la forêt, grâce à deux sponsors bretons F. Pinault et Y. Rocher. Il veut rappeler combien ce lieu est fragile face aux risques d'incendie.

juste à côté ce petit pont pour approcher du miroir aux fées.

au bout du pont cette montée que j'aurais certainement tentée si j'avais eu les bonnes chaussures et si j'avais eu le temps*

je reste près du miroir, comme il ne reste pratiquement personne je décide de repartir, le soleil se couche et la magie du lieu commence à me faire frissonner.
* je pense que je suis en ce sens influencée par ce qui est arrivé à mon père . En plein hiver vers 1950 il est appelé, le soir tombant. Des chasseurs venaient de trouver un homme pendu dans ces lieux, or on ne pouvait couper la corde avant l'arrivée des gendarmes (qui devaient le faire) . Il part avec un des ses gendarmes et il racontait la scéne :c'était un homme qui avait disparu depuis un certain temps donc pas très beau à voir...il y avait une brume spéciale , du vent ,il faisait froid et ils avaient dû attendre l'arrivée du parquet. Il disait qe ce jour là il a compris ce que voulait dire sans retour....alors moi samedi j'ai préféré ne pas attendre la brume... et arrivée à ma voiture j'ai téléphoné à mon mari (qui était à Paris) pour lui dire que j'étais ressortie du lieu enchanteur ou maléfique!

14 commentaires:

Cergie a dit…

Extraordinaire message, surtout la fin qui me laisse totalement pantoise.
La chute de ton récit me rappelle une angoissante nouvelle de Maupassant...

Sur l'eau

Olivier a dit…

cela mérite bien le titre "terre de légendes"....d'accord avec miss cergie : belle chute et beau recit.

La statue de l'abbé est très expressif.

Miss_Yves a dit…

Un vrai voyage initiatique ...au pays du Graal, illustré de photos magiques, sur les lieux de passage-ponts et rivières_

Miss_Yves a dit…

La nouvelle de Maupassant, "Sur l'eau " dont parle Cergie possède bien cette tonalité angoissante, dans son dénouement.

Thérèse a dit…

L'arbre d'or et le manoir invitent à la poésie et la fin de ton commentaire à relire la "mare au diable."
P.S Bon je m'arrête de jouer, je perds toujours... lol.

claude a dit…

Superbe promenade.Je n'ai pas la forme ce soir, je repasserai demain matin, j'aurais peut-être leds idées plus claires et surtout moins perturbées. A demain !

cieldequimper a dit…

Superbes photos, terre "mystique" et comme d'autres l'ont déjà dit, une chute digne d'un roman noir.

Solange a dit…

Tu es bien mignonne sur ta photo, je m'étais trompée. Cette église est très belle et la promenade aussi. Où il y a eu un pendu c'est toujours malefique.

claude a dit…

Coucou Marguerite-Marie !
Je viens de revoir toutes ces belles photos sur la chansons Brocéliandre par Alan Stivell, c'est un vrai enchantement.
Avec toi on fait toujours de super balades et celle-ci est une des plus réussies.
T'inquiète mon Fiston va mieux. Hier on lui a enlevé sa "pompe à air" (il appelait ça la valise RTL)
et ce matin il doit passer une nouvelle radio. J'aurai sans doute de meilleures nouvelles en début d'aprèm. Merci !

hpy a dit…

La forêt de Brocéliande me paraît très belle, l'église l'est aussi, et ton histoire rend le lieux encore plus magique.

herbert a dit…

Bonjour, Marguerite.

Je suis émerveillé par tes mots, tes images, ton histoire et celle du val sans retour où la fée Morgane usa de son pouvoir...
Je crois bien qu'il faut être en Bretagne pour vivre ces instants magiques.
Paradoxe du val sans retour où l'on ne se lasse pas de retourner.

Merci beaucoup, aussi, pour la chanson de Stivel qui enveloppe si bien le tout.
Bonne journée.
Je t'embrasse.

alice a dit…

Je suis contente de pouvoir te retrouver sur la photo désormais, sans ton aide je n'y arrivais pas.
Quelle horreur, cet incendie, je m'en souviens très bien...
Et ton histoire! Ca fait un peu froid dans le dos... Ma mère avait trouvé un homme pendu à un arbre, un jour où elle promenait mes frères et soeur qui étaient tout petits, elle a attrapé ses enfants et est rentrée à la maison pour appeler les gendarmes. Ils lui ont reproché de ne pas avoir essayé de desserrer la corde...

GMG a dit…

Bonjour Marguerite-Marie! Excuse-moi l’absence, mais il n’est pas facile de trouver du temps libre… ;)
Très belle promenade, en plus avec des evocations d'enfance: «souvenir c'est vivre...» ;))

Le chef-d’œuvre t’attends à Blogtrotter. Il faut pas le rater, crois-moi… ;). Amuse-toi et bon week-end!

lyliane a dit…

J'ai fait cette promenade il y a quelques années, mais malheureusement j'ai perdu mon appareil photos, heureusement je retrouve mes souvenirs avec les tiennes.