jeudi 5 juin 2008

la Zen attitude

un voisin m'a dit hier matin qu'il venait de savoir qu'il y avait deux cygnes noirs sur un plan d'eau et comme il savait que j'allais avoir envie de les photographier...quelle solidarité! Il n'avait pas tort je suis partie hier après midi pour essayer de les trouver.

ils ont été déplacés sur un bassin de rétention grillagé car ils sont ( surtout le mâle) très agressifs.
Au début il est venu droit sur moi pour en découdre , mais je n'ai pas cédé, j'ai continué mes photos. Il est allé rendre compte à sa compagne (que je n'intéressais absolument pas) et est revenu m'intimider. Comme je suis restée stoïque (admirez le courage) il est reparti dans l'eau mais m'a placée sous surveillance en me suivant dans l'eau quand je suis partie ,en longeant le grillage . Puis ils se sont remis en position d'attente d'un nouveau passant.
Les plumes du dessous sont très blanches.


j'ai retrouvé mes étangs favoris. Et fait le parcours sportif (uniquement le parcours, pas le sport) dont je vous donne quelques stations...C'est la dernière (dernière case) que j'ai faite après ces prises de photos épuisantes.










un ciel moutonneux se reflètant dans l'eau



au loin une scène bucolique il faut que j'aille voir de plus près sur cette avancée dans l'eau.




la paix, la sérénité!


"Le pêcheur au bord de l'eau
Abrité sous son chapeau( pas lui)
Est heureux et trouve la vie belle
Installé sur son pliant
Il surveille patiemment
Le bouchon qui danse au fil de l'onde
Même s'il ne prend pas de poisson
il ne trouve jamais le temps long
Pon, pon en taquinant le goujon..."chantée par Bourvil
et celui-ci était d'autant plus zen qu'il est Japonais et pour les sushis il faudra attendre ça ne mordait pas. Je l'ai quitté en lui expliquant que je ne lui disait pas bonne chance mais ...bonne soirée . Il ne savait pas que les pêcheurs français sont supersticieux et a ajouté , avec humour, qu'il comprenait mieux pourquoi souvent il ne pêchait pas grand chose.

et juste en le quittant j'aperçois ce magnifique mélange de feuillage, presque japonais.

8 commentaires:

Bergson a dit…

Pas bon ça il faut fair le parcours sportif en entier et nous voulons des photos.

Si tu viens chanter chez nous tu me préviens.

Et DS 2944 cherche une chanteuse "breton" pour son bagad ;-)

lyliane a dit…

C'est une belle promenade avec des rencontres peu banales!

Marie-Noyale a dit…

Deux mosaïques dans le meme post...
De superbes reflets dans l'eau
Des cygnes noirs
C'est le parcours sportif qui te donne cette peche???
Ça doit etre sympa de se faire un petit pique nique dans le coin du pecheur,c'est autorisé?

Marguerite-Marie a dit…

> Bergson: la marche me suffit!!!et porter l'APN ne peut que complèter la muscu
>Marie Noyale: bien sûr que le pique nique est autorisé, ce sont surtout les Rennais (ceux qui ne partent pas en WE ou en vacances qui viennent, en particulier les dimanche d'été.

Olivier a dit…

On sort de ton post fatigue, avec cette promenade, tous ces exercices...ouf un peu de repos ;o).
Tient j'aie ete chante du Fernandel sur le post de Jeudi de notre ami Bergson.

Mathilde a dit…

Bonjour Marguerite-Marie,
Je suis très amusée en regardant ton post. Juste à quelques pas de chez moi, le long de la Seine, s'allonge le même parcours de santé, c'est la balade journalière.. Qui se termine dans une forêt et la maison en bois, il faudra que je photographie cette étrange demeure, en tonneaux de bois, des immenses tonneaux, entourent une battisse rectangulaire. J’imagine que ces tonneaux sont des pièces reliant celle principale.. Enfin j’imagine, je ne suis certaine que d’une chose, elle se nomme pompeusement « La maison de Blanche Neige.

Bonne journée à toi et à bientôt.

claude a dit…

Sublimissime promedabe au bord de l'eau ! Belle mosaïque des cygnes noirs. Tout a l'air cool dans cet endroit, sauf peut-être le parcours sur l'équilibre. Je suis comme toi, la promenade me suffirait.

hpy a dit…

Tu as eu de la chance de sortir indemne de ton aventure. Les cygnes peuvent être très agressifs et n'hesitent pas à mordiller les gens qui les dérangent.