jeudi 17 juillet 2014

Ouzbékistan: dans les steppes de l'Asie centrale.

dernier jour à Boukhara, nous allons visiter le pavillon d'été de l'Emir d'abord nous apercevons ce pavillon genre belvédère qui aurait servi de pavillon pour la favorite
la porte d'entrée de ce palais construit un peu en dehors de la ville fin du XIX° par Akhad Khan , puis agrandi par son fils Alim Khan en 1911-1914 soutenu par les Russes

on y trouve d'ailleurs les 2 influences style décoratif d'Asie centrale et architecture russe (Alim ayant fait ses études à Saint-Pétersbourg était tombé amoureux de la princesse Olga et voulait l'impressionner))
la salle blanche est unique:ses murs sont recouverts d'albâtre blanc finement ciselé sur fonds de miroirs. L'architecte avait interdit l'entrée à Alim pendant la réalisation de cette salle.Quand celui-ci vit le résultat il fut subjugué. Et comme d'habitude on dit qu'Alim Khan nourrit tout de suite le projet de faire tuer l'architecte pour qu'il ne renouvelle pas cet exploit pour quelqu'un d'autre... Mais l'architecte ayant eu vent du complot parvint à s'enfuir. Olga ne vint jamais à Boukhara, elle fut assassinée en 1928 avec les tsars.
En 1920 les soviétiques chassèrent l'émir qui mourut en exil!!!!
un dernier petit tour dans le centre
une visite au fabriquant et montreur de marionnettes


un défilé de mode? Non....
des jeunes filles vont à une fête  de la jeunesse près du minaret Kalon. Nous disons, sur ces belles images,  au revoir à Boukhara car nous partirons le lendemain pour une destination plus nature!
en route on s'arrête dans une maison tenue par une famille d'artisans: les femmes brodent....
les hommes sont à la poterie
nous sommes sur la route de Nourata pas loin de Navoï ,dans le désert de Kysyl Kum. Navoï est une ville industrielle que nous ne découvrirons pas car elle ne présente aucun attrait à part les fumées d'usines. A quelques centaines  de mètres de son aéroport nous nous arrêtons pour regarder ce qui vient d'être restauré: les ruines d'un réservoir d'eau souterrain du XI° siècle appelé Sardoba Rabati Malik 
et de l'autre côté de la route se trouve cette immense portail (fraîchement restauré) d'un caravansérail. Tout au long des routes marchandes on trouvait des caravansérails (de même que dans les villes d'étape) ils sont en quelque sorte les ancêtres des motels: les marchands de tous les horizons s'y croisaient le temps d'une étape sur leurs longues routes. Les portails sont immenses pour laisser passer les chameaux dans leurs cours intérieures; celui-ci est le caravansérail Rabat I Malik
nous voici dans la steppe
le berger en tenue de camouflage!
Nous sommes à Nourata et allons faire une halte dans l'ancienne forteresse d'Alexandre le Grand qui s'y était installé pour préparer la prise de Samarcande
une oeuvre d'art?
ce brave monsieur s'applique à remplir des reçus d'à peine 1 euro par personne pour taxe de photos dans les lieux
toutes ces dames que vous voyez viennent remplir des bouteilles à l'eau qui coule ici: une eau sacrée!
nous sommes ici près de la source sainte Chachma. On dit que le gendre Hazret Ali du prophète Mahomed a heurté le sol avec son bâton faisant ainsi jaillir de l'eau qui est donc sacrée et on vient en ce lieu en pèlerinage. Les mollahs disent qu'elle est miraculeuse en tout cas les nombreux poissons qui s'y trouvent et s'y portent très bien....
prouvant la pureté de l'eau.Ils sont tranquilles car étant "sacrés" personne ne peut y toucher! On dit que le président de la république Karimov se fait livrer de l'eau de la source. Les femmes stériles viennent en pèlerinage, doivent faire 33 fois le tour (dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, espérons qu'elles l'ont sur elles pour ne pas se tromper!) puis elles doivent jeter une pièce au fond du puits. Nous avons l'explication du tas de bouteilles..on les remplit à la source et  on  apporte ainsi de l'eau (très riche en minéraux) pour les malades
les ruines de la forteresse
voici le domaine vue du haut
après pas mal de km dans la steppe nous arrivons près du lac Aydar Kul. formé après la construction d'un barrage au Kazakhstan dans les années 1970. Il contiendrait plus d'eau maintenant que la mer d'Aral; il est très poissonneux
on trouve beaucoup de varans dans la steppe alentour mais ici ce n'est qu'un gros lézard pas farouche
Nous allons nous rendre à notre hôtel que je vous montrerai la prochaine fois

6 commentaires:

Daniel a dit…

Coucou Marguerite-marie .
Que de découvertes...
Un pays mythique de par son histoire...
Très belle journée.
A + :o)

Miss_Yves a dit…

De belles découvertes, toujours avec des commentaires instructifs et pleins de vivacité;
Il ne fait pas bon être architecte (d'après les légendes) dans ce pays qui semble par ailleurs attachant !

Tilia a dit…

Quel fascinant reportage ! le dépaysement est total et le pavillon d'été de l'Émir n'est pas près de quitter ma mémoire. L'influence du style russe sur l'architecture orientale offre un somptueux résultat. Outre la salle blanche, j'aime beaucoup les deux photos de la cour intérieure.
Merci pour ces belles images, Marguerite-Marie, bises et belle fin de semaine.

claude a dit…

Ton voyage est toujours aussi intéressant à suivre, tant par les images que par l'histoire.
La salle blanche est très belle et j'aime beaucoup les marionnettes. Les vêtements des gens sont très colorés et j'ai le sentiment que les gens respirent une certaine joie de vivre dans ce pays. Me trompeuje ?

Dédé a dit…

Je ferai bien le petit lézard à la broche avec des petits oignons.

Je vais me rendre dans le même pays dans quelques semaines. Cela me donne un peu avant-goût de l'aventure. ;-)

BRETAGNE Alice a dit…

Magnifiques photos avec une belle présentation historique. Boukhara est vraiment une belle ville sur le plan de l'architecture. Mais le voyage dans les steppes est aussi très beau. Je ne connaissais pas la signification du mot caravansérail, celui-ci semble impressionnant.