jeudi 11 septembre 2014

la Gacilly: la guerre

le jour de l'inauguration du festival, Jacques Rocher (maire de la Gacilly et fils d'Yves) et John G Morris ont descendu les rues de la ville en Cadillac décapotée suivie de camions américains chargés de faux GI (sortis du musée du maquis de Saint Marcel tout proche)JG Morris (97 ans) ets l'homme qui a envoyé Robert Capa couvrir le débarquement pour Life Magazine . Gêné de rester dans son bureau, il décide de partager le risque : il débarque à Utah Beach, le 20 juillet 44 et accompagne les les armées dans leur marche à travers la Normandie puis la Bretagne. "Je travaillais aux marges de la guerre mais je crois que mes images disent beaucoup sur la guerre" a-t-il déclaré à la Gacilly. Nous verrons ses photos à la fin de cette série. Commençons par celles de R. Capa  
une messe, à Londres, en juillet 1941 dans l'église St John dans quartier Cockney; l'église n'a plus de toit (dévasté par les bombardements )
hiver 1943, un officier américain se promène dans les rues de Londres avec 3 jeunes orphelines adoptées par son unité
toujours à Londres, la vie continue malgré les raids permanents de l'aviation allemande
Hiver 1944, repos-tricot de 2 ambulancières françaises du service des troupes alliées de Cassino en Italie
passage du tour de France à Pleyben Finistère en juillet 39
un ouvrier répare les dommages sur un immeuble situé à Budapest 1948
2 soldats français  rencontrent un paysan Vietnamien gardien d'oies en mai 54 alors que la France vient de perdre à Dien Bien Phuet va quitter l'Indochine
Pablo Picasso et Françoise Gilot en août 1948 sur une plage de Juan Les pins

Gary Cooper traversant un ruisseau dans l'Idaho en 1941
                       dans son atelier de Nice, Henri matisse dessinant un fusain avec un bambou
la vie mondaine .....
après les belles de Saint Germain la fermière ukrainienne au temps de la moisson en 1947
et voici celles de John G Morris



une femme accueille un soldat américain devant le théâtre


nous  avons quitté les terrains de guerre
une photo de Russel James dont nous verrons quelques aspects

14 commentaires:

Daniel a dit…

Magnifique rétrospective!
Je vais devoir repasser plusieurs fois pour apprécier.
Merci du partage.
Belle soirée.
A + :o)

Miss_Yves a dit…

J'acquiesce aux propos de Daniel
C'est sûr que ces superbes clichés disent la guerre et plus que la guerre.
Entre autres photos, j'ai remarqué celles de Marigny(à 15km de St-Lô)

Miss_Yves a dit…

L'élégance de Gary Cooper fait plaisir à voir, de même que la fantaisie de Françoise Gilot+Picasso et que la virtuosité d'Henri Matisse

Miss_Yves a dit…

Tendresse, émotion (la fillette adoptée)et joie de vivre (la pause tricot) , petite histoire et grande histoire, avec cette rencontre des paysans vietnamiens, beaucoup de nuances dans cette rétrospective;
J'admire la qualité du noir.

Bergson a dit…

toute une histoire

claude a dit…

Effectivement il faut repasser plusieurs fois pour bien s'imprégner de ces photos qui en disent long.
Les trois fillettes et le soldat américains m'émeuvent.
J'aime bien la pose tricot, celle de Gary Cooper en danseur équilibriste.
Je reviens

claude a dit…

Gary copper, n'a-t-il pas une canne à pêche qui lui sert de balancier ?
J'aime les femmes au lavoir.
Tu dois t'en douter, la terrasse du Café de Flore.
En fait elles nous parlent toutes.
Hier soir, j'ai revu "Il faut sauver le soldat Ryan". Le débarquement sur Omaha Beach par Spielberg est sans doute plus vrai de la vérité que celui du Jour le Plus long.
Merci pour ce beau partage.

Thérèse a dit…

Quelle foi dans l'humanite ce Cappa!
Quelles photos!
Oui la pause tricot (ou plutot pause chaussette pour la dame a gauche.)
La photo de Matisse qui renseigne sur sa facon de travailler le fusain...
Merci, merci pour ce billet tres emouvant.

Cergie a dit…

Tu as intercalé une (plusieurs) photo(s) de toi, la nature est indifférente à la folie des hommes. Je me souviens d'un reportage à la télé où mon père avait reconnu des arbres qu'il avait introduit et fait planter au Vietnam parmi lesquels se déroulaient des combats.
Je croyais que Capa avait été le seul photographe à "couvrir" le débarquement. La photo des trois petites orphelines est vraiment touchante. Que de ressource ont les enfants... La "résilience" dirait Boris Cyrulnik...

Claudine Le Bagousse a dit…

Bonjour
Très belle série , je n'ai pas ou aller voir cette exposition cette année ...dommage
Bonne journée

Solange a dit…

Très intéressantes à regarder tes photos, une exposition que j'aimerais voir.

claude a dit…

J'ai refait un petit passage.

Thérèse a dit…

Comme Claude, je repasse.

BRETAGNE Alice a dit…

ces photos sont de beaux témoignages. J'aime particulièrement la photo des tricoteuses à Monte Cassino.