dimanche 21 septembre 2014

la Gacilly, c'est fini...











la lumière , quand on quitte le labyrinthe végétal, on se dirige vers la galerie du bout du port où on verra les photos de Steve Mc Curry
A 61 ans et en plus de 30 années de carrière, Steve McCurry collectionne les photos les plus célèbres comme autant d’invitations à voyager. Elles lui ont même valu les prix les plus prestigieux, tels que la Robert Capa Gold Medal en 1980, ainsi que de nombreux World Press Photo. Des ruines d’Angkor Vat à celles du World Trade Center, ce photographe américain, légende de la prestigieuse agence Magnum Photos depuis 1986, a parcouru le globe en quête d’histoires à raconter et de témoignages à transmettre. Ce qui l’intéresse ? La condition humaine. Ni plus ni moins. Fortement inspiré par son modèle Henri Cartier-Bresson, McCurry s’emploie à prendre son temps car « c’est le temps qui fait les bonnes histoires. » La puissance de ses photos repose en grande partie dans leur incroyable force d’évocation, même sorties de leur contexte. Sa signature ? Sa faculté à capter une lumière parfaite. « J’ai toujours travaillé en début et en fin de journée, explique le photographe. Pour la simple et bonne raison que je suis photosensible ! Les trop fortes lumières me gênent. » Les lueurs de certaines de ses photos semblent ainsi atteindre le clair-obscur des plus grandes toiles de maîtres, jusqu’à leur ressembler. La plus fameuse d’entre elles étant ce portrait de Sharbat Gula, la fillette afghane que McCurry photographie près de Peshawar, en 1984. L’image marque définitivement les esprits quand National Geographic décide d’en faire sa une. De ce visage couvert de poussière où brillent deux yeux éclatants, se dégage une expression de force, de courage et de crainte. Une icône est née. Comme les soldats américains à Iwo Jima de Joe Rosenthal, la petite fille courant nue sur une route du Vietnam de Nick Ut ou encore l’étudiant devant la colonne de chars à Tien An Men de Stuart Franklin, le portrait de Sharbat Gula a rejoint le panthéon de ces images indélébiles – celles qui font l’Histoire.





photo prise le 12 septembre 2001 , le World Trade Center "c'est la première fois que le soleil se levait sur New York depuis les attentats" 

ici , sans complexe, j'ajoute  3 de mes photos d'Angkor Vat (prises en décembre 2013, lors d'un de nos précédents voyages)

des moines vus de l'intérieur


Un petit pas pour l'homme....un bond de géant pour l'humanité
un retour vers Brent Stirton chez les Navajos
la jeune réfugiée afgane Sharbat Gula , aux yeux verts,rencontrée au Pakistan en 1984(qu'il a retrouvée 20 ans plus tard) est l'une des plus célèbres icônes mondiales de la photographie
cette petite fille n'est pas pressée de quitter le festival, je l'ai trouvée bien jolie et bien vivante

18 commentaires:

Miss_Yves a dit…

Devant la richesse de ton compte-rendu, je commence par les photos de Nick Brandt: magnifique densité des noirs et blancs,étranges jeux de perspectives et de reflets!

Thérèse a dit…

Ta photo est formidable Marguerite-Marie avec cet interstice derriere cette petite fille et cette barriere fictive devant elle, comme si elle s'etait echappe d'un Tout.
Les photos de Nick Brandt sont fascinantes, comme si il recherchait nos propres traits dans les animaux qu'il rencontre. Une grande douceur et en meme temps une force qui nous submerge.
Les photos quant a elles de Steve McCurry devaient tres bien rendre en grand format.
Encore bravo pour cette serie.
C'est le mois de l'image a Toulouse et je vais bientot vous en abreuver...

Miss_Yves a dit…

Je suis passée aux photos de Steve Mc Curry: une grande humanité s'en dégage, comme le dit la critique, avec un grand sens du rythme.

J'aime beaucoup ta photo montrant les portraits de femmes, dont celle de Sharbat Gula ,exposées sur la façade du bâtiment, apparaissant derrière les fleurs, comme un message d'espoir et de vie.
Les systèmes d'échos entre les photos de l'exposition et les tiennes sont sympa, particulièrement la dernière,celle de la toute petite fille

Miss_Yves a dit…

la transition entre les photos des moines et tes propres photos d'Ankhor est très bien faite avec les herbes , au premier plan qui ancrent la photo de Mc Curry dans la réalité.

Les pêcheurs sur leurs perches semblent danser au dessus-des éléments!
On peut gloser sur la photo des mains sanglantes et de l'enfant qui court dans la ruelle étroite...
Quelle beauté dans le groupe soudé des jeunes filles en rouge !

Daniel a dit…

Super encore une belle collection d'images.
Un régale...
Très bonne semaine.
A + :o)

Cergie a dit…

"Une autre époque" en effet du moins en ce qui concerne la photo du haut, on parle bcp du rafraîchissement de la caravane de l'évolution du muséum d'histoire naturelle à Paris, cette lionne me semble figée pour l'éternité.
Je trouve sublime la photo de la troupe des éléphants mais suis plus dubitative / les défenses. Est ce une photo à message ?

Cergie a dit…

Les photos commentées par l'auteur sont passionnantes ; elles me rappellent l'exposition Willy Ronis en 2010 à la Monnaie de Paris. Un photographe n'est pas seulement un oeil. Ou du moins si, il est un oeil et aussi une pensée qui chemine, il est fascinant de comprendre ce qui l'a amené à ce qu'il a vu puis fixé...

Cergie a dit…

Miss et toi avez toutes deux mis en relief deux points que je voulais dire mais j'ai éludé. A l'origine, j'avais intitulé mon message "transept" car cette allée d'arbres est en ogive et est perpendiculaire à l'entrée de l'abbaye, donc "orientée" Nord-Sud, c'est pourquoi le soleil vient de coté le soir. Et puis le "marronnier" de la presse, notamment l'automne....

Cergie a dit…

La petite fille décidée est une véritable poupée "Corolle". Cette photo aurait méritée d'être cadrée plus "serrée". Par exemple :

Margot

Solange a dit…

Un beau voyage en photos, très intéressant et ta photo de la petite fille termine bien cette exposition.

Marguerite-marie a dit…

>cergie effectivement les défenses exposées ainsi que les traces des pattes d'éléphants montrent la destruction massive de ces pauvres bêtes par les chasseurs d'ivoire

Thérèse a dit…

On va avoir un debat avec Cergie a propos de cette derniere photo. Ne change rien surtout, son age, son innocence face a ces grosses traces de pattes d'elephants, ces immenses photos... :-)
Si cela t'interesse; une rencontre avec Nick Brandt ici.

claude a dit…

Les photos de Nick Brandt sont très belles, de beaux NB,
La première photo de la lionne me plait beaucoup ainsi que celle des zèbres,
celle des girafes n'est pas mal non plus,
J'aime aussi celle des éléphants en file indienne et celles des défenses m'émeut énormément,
Il y a une atmosphère dans ces photos qui me plaît,
Celle de la lionne tenant son bébé dans la gueule est trop mignonne,

claude a dit…

Les photos de Steve Mc Curly sont très belles et très émouvantes,
J'aime la couleur des sari des femmes qui se protègent du vent de sable, Un beau contraste avec le reste de la nature,
J'avais déjà vu un reportage sur les pêcheurs sri lankais et leur posture pour pêcher m'avait étonnée,
La photo au Koweït est impressionnante et celle du WTC me donne des frissons d'horreur,

Tes photos du temple d'Ankor sont très bien,
Le voyage sur la lune à la Gacilly est top !
Qu'il est émouvant le beau visage de Sharbat Gula, Elle a des yeux magnifiques,
Elle est toute mimi la petite fille qui s'attarde,

Merci pour ces beaux partages.

Chipie a dit…

J'aime bien les photos d'animaux : les éléphants, les zèbres... les autres aussi, tout est joli !

Tilia a dit…

Voila une sélection qui ne me laisse pas indifférente :

Le massacre des éléphants me révulse.
Le train devant le Taj Mahal a un petit côté "steampunk" qui me plaît bien.
La ronde des femmes rassemblées pour se protéger de la tempête de sable a quelque chose d'ensorcelant, on dirait une illustration de contes et légendes.
Le mur couvert de mains sanglantes et la fuite éperdue de l'enfant évoque pour moi les horreurs de la guerre.
Pareil pour la photo du Koweït, sauf que là ce sont les animaux et la nature qui souffrent.
Étonnants pêcheurs sri-lankais, quelle patience ! et surtout quelle habileté !
Le Navajo debout sur son cheval, les bras étendus comme un crucifié, me semble témoigner des souffrances endurées par son peuple lors de la grande déportation du XIXe siècle.
Célèbre Sharbat Gula ? Oh ! combien... mais quelle triste vie depuis cette photo mythique.

Heureusement qu'au final la petite fille en rose vient dissiper l'impression oppressante que me laissent la plupart de ces images, entre lesquelles tes photos personnelles sont autant de goulées d'air !

Merci Marguerite-Marie, pour ce magnifique reportage et beau temps sur ta contrée

Bergson a dit…

il me semble avoir déjà vu les photos d'animaux

tu présente la dernière pour l'expo 2015 ?

BRETAGNE Alice a dit…

Magnifiques photos, la photo des pêcheurs sri-lankais est la plus impressionnante ainsi que celle des chameaux pendant la guerre du Koweit.