vendredi 12 août 2011

quand la mer monte....

j'ai honte, j'ai honte...ici vous voyez un photo prise à la fin de l"après midi que je vais vous conter

bizarre, non de faire référence à cette chanson: vous allez voir pourquoi.Le dernier samedi de juillet nous décidons de montrer à notre fille l'île Tascon à l'entrèe de la presqu'île de Rhuys , on peut y aller à pieds secs,à marée basse, en suivant un passage dallé. Nous voilà donc partis sûrs d'être bien par rapport à la marée.


voyez vous-mêmes

nous nous promenons sur l'île qui est plutôt petite et ne contient qu'une route , quelques maisons charmantes (résidences secondaires), une ferme avec ses habitants permanents.


au loin l'île d'Ars

un tableau bucolique

au bout la silhouette de mon mari que nous suivons de loin et qui se dirige vers le passage...et dans les secondes qui suivent il nous fait signe de nous dépêcher...car l'eau a commencé à recouvrir le passage

et nous l'avons franchi jupes relevées chaussures en main et l'eau s'engouffrant de la droite vers la gauche avec une rapidité....j'angoissais ma fille car je pensais à sauver mon APN...et elle trouvait que j'aurais dû marcher sans me préoccuper de rien d'autre qu'avancer....ouf en arrivant au bout nous avons vu que même le pécheur en cuissardes, stoîque, revenait rapidement....

nous avons fini notre balade sur la terre ferme dans les marais salants réhabilités.

6 commentaires:

Miss_Yves a dit…

Eh bien, pour une Bretonne AU COURANT des marées !...
Enfin, plus de peur que de mal et l'APN est sain et sauf!

.•°•. Nancy .•°•. a dit…

*** Petit passage dominical chez toi ! :o) Sympa cette balade sur l'île de Tascon !!!!! MERCI pour ce partage via ton blog !!!! Bises et bonne continuation !!! :o) ***

Chipie a dit…

Il était temps !

Solange a dit…

Ça c'est énervant la marée montante. Ce fut une belle promenade tout de même.

Cergie a dit…

Tu vis dangereusement mais ton ange gardien était vigilant cette fois-ci encore (en la personne de ton mari)
La mer est traitre, mon mari connaissait la barre d'Etel, moi je connais celle qui empêchait les navires d'accoster à Abidjan, nous déscendions sur des barges, je m'en souviens encore, j'avais trois ans.
Mes premiers souvenirs sont tous de bateaux et d'arrivée aux ports.

(Bonne fête, Marguerite marie)

hpy a dit…

L'eau nous surprend toujours