lundi 26 octobre 2015

fresque éphémère....

voici la fresque qui remplace celles des têtes aux yeux ronds. Celle-ci nous montre des personnages connus en Inde. Le premier qu'on voit le mieux est Pattabhi, puis Amma, et Swami
c'est avec ce cageot que le tagueur fait les taches de couleur au pochoir 
Swami Prajnandi (1891-1974) maitre indien 
voici l'artiste finissant son oeuvre
Mata Amritanan Damayi dite"Amma" née en 1953 , figure spirituelle , fondatrice de l'ONG "Embracing the world" qui consiste en un festival d'étreintes... des gens défilent pour avoir le privilège d'être étreints pas Amma. Une activité qui me laisse songeuse je crois que c'est une espèce d'escroquerie. J'ai vu quelque chose d'approchant en Inde. Je vous l'avais montré. 
Pattabhi Jois (1915-2009) enseignant le yoga
ici c'est place sainte Anne , j'aime beaucoup!

16 commentaires:

Miss_Yves a dit…

merci de nous faire comprendre la technique au pochoir
En effer, le curieux programme dont tu parles laisse songeur!
Oui, le motif oriental place ste Anne est très beau !

Daniel a dit…

J'aime bien...
J'admire la motivation artistique pour un œuvre éphémère.
Très bonne semaine.
A + ☺ ☼

Thérèse a dit…

Une façon d'apprendre qui est qui!
Amma fait parler d'elle et voyage...

Cergie a dit…

Sympa la photo avec l'artiste... Les procédés se développe, chacun trouve et adapte à sa propre sensibilité et expression ; il y a eu les pochoirs qui permet de gagner du temps puis le marouflage afin de travailler en intérieur au préalable et d'être moins agressif. Le tamis est sympa pour donner du grain....
Quant aux oeuvres de la place Ste Anne, elle tiennent du mandala très à la mode pour déstresser... (j'en ai acheté un album à colorier pour ma petite fille de 6 ans)

claude a dit…

De belles techniques ! Je suis un peu d'accord avec Daniel sur la motivation des artistes qui voient leurs oeuvres disparaître.
Pour te répondre suite à ma publication, ma pizza n'en est pas une Marguerite, c'est une quiche. It is not the same thing.
Bises

Solange a dit…

Je trouve ça très beau et c'est triste de penser que tout ce travail ne durera pas.

Bergson a dit…

je préfère les anciens plus bd

Marguerite-marie a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Marguerite-marie a dit…

> claude pour moi quiche et pizza c'est kif kif je n'en mange jamais... c'est étouffe chrétien (pour moi) et le fromage chaud...brrr....je ne supporte pas

Cergie a dit…

Tu es donc (peut-être) comme la tante de mon mari, elle ne mangeait jamais la pâte de la tarte ou de la quiche disant qu'elle n'aimait pas "le carton" et pourtant je me donnais du mal pour la faire, avec du beurre salé et mes petites mains. Moi c'est la pâte que je préfère
:-)

Cergie a dit…

Ton commentaire / la classe de terminale m'a rappelé ce que j'ai vécu. A l'époque, j'étais rentrée en France depuis la Côte d'Ivoire en classe de 3ème et au début l'adaptation avait été un peu dure, ensuite à la fin de l'année j'étais bonne dans toutes les matières (sauf en chant : je chante faux). Surtout, j'avais raflé tous les 1er prix de français. Mes parents ne se sont pas souciés de mon orientation, je me suis retrouvée à la rentrée en 2deA (c'était la première année de la réforme), heureusement la prof de maths, qui était une femme attentive et nouvelle dans l'établissement, est venue me voir au bout de la première semaine et m'a proposé de passer en C.

Cergie a dit…

A la fin de la seconde, les soeurs m'ont proposé de passer en 1ère C. Il fallait aller à l'institution de garçons, et surtout si elles me l'ont proposé c'était parce que ma meilleure amie qui n'était bonne qu'en maths avait demandé cette option. Elle était d'une famille de matheux. Deux de ses frères ont fait StCyr et le troisième polytechnique. Il n'était pas possible qu'elle soit seule dans un établissement de garçons !!!
Nous nous sommes retrouvées toutes les 2 au premier rang de la classe. Et pour l'étude seules dans la salle qui servait pour les séances de coiffeur (c'était un internat). Pour la gym nous descendions chez les soeurs, et comme nous étions toutes deux très bonnes, quand nous ramenions nos notes le responsable des études les regardait avec un oeil dubitatif

Cergie a dit…

Malheur ! A la fin de la 1ère, ma copine a déménagé ! Pas de problème pour les soeurs, elles ont convaincu celle qui était la tête de la 1èreD de passer en C. Hélas pour mon amie elle a eu du mal à avoir son bac à la fin de l'année, et puis ensuite elle est devenue instit tout de suite, ceci dit ce n'était peut-être pas une mauvaise chose.... Mais au moins je n'étais pas la seule fille au milieu de tous les garçons.... J'avoue que ce destin que je n'ai absolument pas maîtrisé m'a tout à fait convenu. Je ne crois pas que j'aurais fait une bonne littéraire...

Marguerite-marie a dit…

> moi je suis allée en math élem désespérant mes autres profs car j'avais une grande admiration pour mon prof de math... grand, cheveux bien gris , légère coquetterie dans l’œil, je lui trouvais un charme fou et je le trouvais aussi excellent professeur. J'ai été la seule fille reçue sur les 3 , en fait il n'y avait pas 90% de reçus! De plus j'ai passé les 2 bac ( la dernière fois qu'il y avait 2 parties avec écrit et oral obligatoires), puis comme je ne savais trop ce que je préférais j'ai passé le bac philo à la session de septembre. On s'inscrivait à l'université quand cette session était terminée: j'ai choisi les mathématiques tout en suivant en auditrice libre des cours d'anglais à la fac des lettres.Je n'ai pas non plus regretté aimant beaucoup les mathématiques et surtout les enseigner mais ayant toujours un côté littéraire dans mes exigences d'écriture et de rédaction avec mes élèves!

Chipie a dit…

J'ai vu la même chose il y a à peu près un mois rue Saint Louis là où ma soeur résidait (elle habite La Guerche maintenant)... J'aime bien ça !

Claudine Le Bagousse a dit…

Bonsoir
Merci pour ton passage par chez moi
Je suis une grande fan de cet art ephémère
Merci à toi pour ce partage
On peut découvrir de grand talent !!
Bonne soirée