samedi 19 octobre 2013

festival de photos la Gacilly (suite et fin)

nous sommes dans le labyrinthe végétal et nous  allons en particulier voir un ensemble de photo d'Eric Bouvet
"Décrochages" est le nom donné à ces photos. Ils ont dit non à la société de consommation et choisi l'amour , le partage et le respect de la nature. Les membres de la "rainbow family" forment un mouvement ouvert à tous ceux qui veulent expérimenter une autre façon d'être.
venus de tous horizons il se rassemblent une ou plusieurs fois dans l'année, loin de leur "enfer" citadin.
Ensemble, ils recréent l'utopie d'un monde sans hiérarchie ni contraintes. Eric Bouvet a suivi ces "enfants de l'Eden" dans la jungle brésilienne, aux Etats Unis, en Europe et en Inde.  
 
 
cette exposition respire un parfum d'utopie 
là, une exposition, "déserts absolus"  de Georges Steinmetz, photos des déserts d'Iran, du Yémen, du Tchad... il prend ses photos d'un parapente motorisé. Ici c'est une photo prise au Niger des caravanes de sel qui se croisent dans l'immense plaine du désert du Ténéré, le voyage aller retour entre l'oasis de Bilma (où les négociants touaregs achètent le sel pour le revendre dans le sud du Niger et les mines d'extraction prennent 2 mois; chaque chameau porte 200kg  
"fresh water in new art exhibit "Los Angelès
ici la partie sud de la Mer Morte, eaux tachées de brun (persulfate de potassium) descendent en cascades d'un bassin d'évaporation à l'autre vers l'usine de potasse de la Dead Sea Works  
Le désert Taklamatan en Chine 
 photo Eric bouvet 
 
nous remontons dans de charmantes ruelles pour reprendre notre voiture laissée à l'entrée du bourg 
qui oserait rentrer? 
encore plus peur! 
nous nous arrêtons dans un espace appelé "galerie des 10" où il y a encore des photos rétrospective des 10 ans du festival. 
finissons sur celle-ci que je trouve très belle, je me promets d'y retourner l'an prochain si Dieu le veut! et en espérant qu'il fera aussi beau. Kenavo, ar'wechall

17 commentaires:

Miss_Yves a dit…

De nouveaux hippies ?
Un parfum d'utopie, certes, mais, à se couper du monde , l'utopie devient dystopie...

Des photos aériennes étonnantes (d'autant plus que le procédé que tu indiques me semble bien risqué)

Daniel a dit…

Coucou Marguerite Marie.
Quel merveilleux voyage tu as fait la!
Il est des voyages où les kilomètres compte peux alors que l'imaginaire fait la différence...
Très bon dimanche. A + :))

.•♫•. Nancy .•♫•. a dit…

Un petit coucou chez toi Marguerite Marie en ce dimanche matin !!!
Merci de nous faire profiter de ce festival de la photo !!! Très intéressant !
GROS BISOUS d'Asie

Solange a dit…

Des photos très intéressantes et variées, une magnifique exposition merci.

Solange a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Alain a dit…

J'aime bien les photos de paysages, surtout les déserts, j'apprécie moins celles où des personnages sont mis en scène.

Thérèse a dit…

Pour ce soir...

Bergson a dit…

je n'y suis pas allé cette année
je vis rentrer trop tard je pense

Robert a dit…

"Desert absolu" très chouette. Bonne journée

claude a dit…

Super cette expo et le village est bien beau.
Impressionnante la photo des chameaux qui doivent être d'ailleurs des dromadaires.

claude a dit…

La photo de la Mer Morte est très belle aussi.
Je repasserai demain, pas trop le temps aujourd'hui.

claude a dit…

Le 4.11 et je reviens le 28.
Bon, j'y va !

Tilia a dit…

Le regard de la belle "indienne" donne envie de croire en un eden coupé des vicissitudes et turpitudes du monde actuel basé sur le capitalisme et la consommation.
Étonnante caravane de chameaux, telle une procession de fourmis, dans le désert !
Tout comme toi, Marguerite-Marie, j'ai un coup de cœur pour la dernière.
Grand merci pour le partage et le temps passé à élaborer tes reportages. Tes photos sont extra, comme d'hab' ;-)

Tilia a dit…

Claude a raison, des dromadaires plutôt que des chameaux :))

.•♫•. Nancy .•♫•. a dit…

✿ ❀ ✿ Un petit bonjour amical chez toi Marguerite Marie.

Passe un agréable mercredi !!!!
Je t'embrasse fort !!!! ✿ ❀ ✿

hpy a dit…

Et moi, j'ai une préférence pour la photo de la ruelle fleurie.

Photoerrances a dit…

Entre ses photos des conflits et ses actuelles séries (rainbow family et autres, notamment le festival qui avait lieu en plein désert), Eric Bouvet est aussi talentueux qu'éclectique.
Ce qui m'a marqué, c'est sa vision des photographes de guerre actuels, la "peur" qu'il avoue avec l'âge, sa crainte entre les risques pris et la valeur journalistique et financière des résultats.