vendredi 25 mars 2011

sagesse...

pour finir la semaine ces belles fleurs photographiées près d'un petit pont de bois dans le parc près du centre culturel...
..puis cette fable que je vous laisse lire tranquilles...
mon commentaire "inspiré" de celui d'un philosophe proche de moi: N'en est-il pas de même pour nous?
En effet même si nous ne sommes sans doute pas des hérissons, nous avons besoin des autres. Mais ce besoin de proximité à son revers et devient souvent pesant. A nous de nous adapter pour trouver la juste distance et surtout à chacun d'accepter que l'autre ait ses propres amis et ses jardins secrets!
la semaine prochaine je vous emmènerai faire un tour dans le ville des meunières, Pont-Aven pays d'amour....

12 commentaires:

Miss_Yves a dit…

Des pensées profondes...avec de jolis buissons de fleurs sans les piquants du hérisson!
Ce philosophe est d'ordinaire beaucoup plus sombre, ce ton léger fait du bien
Nous attendons Pont-Aven -ses peintres et ses galettes -avec impatience!

Voilà un code de vérification des mots bien amusant:"matchote"!
bien sûr , ce n'est pas une injure à ton égard!

Thérèse a dit…

Bien philosophe aujourd'hui.
A nous d'en tirer nos conclusions...
Bons week-end!

Thérèse a dit…

Sans "s" à "bons!"

hpy a dit…

Porc-épic ou hérisson, c'est une bonne façon d'écrire ce que nous pouvons ressentir vis a vis même de nos chers amis lorsque nous avons besoin de leur absence. Cela arrive, c'est sûr. Et pourtant, à d'autres moment nous savons ne pas sentir les pics. Nous en avons même besoin. Le plus dur finalement, c'est de savoir à quel moment il faut laisser nos amis tranquilles, et à quel moment s'en occuper. Il y a aussi le moment où nous voulons qu'on nous laisse tranquille et qu'on est ravi de nos amis les hérissons et porcs-épics. On change parfois d'avis.

Chipie a dit…

Elle est bien cette fable... Parfois "l'enfer, c'est les autres", parfois pas...

meretnature a dit…

Belles pensées !!!et belles photos
bonne soirée

Solange a dit…

C'est plein de sagesse cette fable. Je te souhaite une belle fin de semaine.

claude a dit…

Chouette ! On va pouvoir manger des galettes !!!
Jolie tes photos, quant à la petite fable, il est vrai qu'on a besoin des autres, mais des fois on s'y pique aussi, comme les hérissons.Le dernier que j'ai rencontré, lui, n'a pas de piquants !

herbert a dit…

Bonjour, Marguerite.
Mais ce philosophe , je l'aime aussi...
La sagesse ? Là, oui...
Mais chez lui, ce n'est pas toujours le cas...
Merci beaucoup pour cet ensemble...
je t'embrasse.

Solange a dit…

Nous arrivons le 12 juin à Paris et repartons le 17. Je t'avais répondu sur mon blogue.Si jamais tu es dans les environs...

Cergie a dit…

Samedi dernier encore j’entendais sur France Inter parler de douleur psychique et physique dont il est démontré qu’elles tiennent place dans la même région du cerveau. Douleur psychique ce peut être dû à un deuil comme à une impression de rejet et d’isolement.
La douleur est un signal qui incite à se protéger.
Au dessus ce sont des branches de cognassier du Japon. Ces fleurs peuvent être forcées à l’intérieur comme le lilas ou le forsythia. La chaleur pousse à s’épanouir. L’amour appelle l’amour, l’amitié appelle l’amitié mais on ne peut forcer les sentiments ni les actes d’autrui.
istoire est une

ALAIN a dit…

La "juste distance", c'est 80 cms, parait-il, en France. Mais ce n'est pas la même dans tous les pays. C'est vrai qu'on se sent géné quand quelqu'un vous parle de "trop près".